L’évolution de la ferme moderne

La perception traditionnelle de la ferme n’est plus d’actualité aujourd’hui. On ne voit plus les fermiers comme ces artisans de la terre qui courbent continuellement l’échine sous le dur soleil pour tirer de la terre, une maigre subsistance. En effet, les fermes se rapprochent plus aujourd’hui du format des entreprises. Nous sommes désormais bien loin du modèle traditionnel et historique de l’exploitation personnelle d’un lopin de terre.

Un bref récapitulatif historique

De l’antiquité à nos jours, l’agriculture a considérablement évolué. Personne n’oserait en douter une seconde. En effet, chaque civilisation a mis au point des techniques d’irrigation, de fertilisation des sols, de rotation des cultures ou de conception d’outils agricoles efficaces. De telles techniques ont permis de développer le rendement de l’agriculture et de la soustraire un tant soit peu aux aléas imprévisibles des éléments.

De nombreuses civilisations ont trouvé le moyen de cultiver sur des terres hostiles, et de survivre aux périodes prolongées de sécheresse. Elles ont même été en mesure de commencer à sélectionner les traits appréciables auprès de certaines espèces pour en favoriser la reproduction dans les générations successives. Cette évolution de l’agriculture et de l’élevage n’est devenue globale qu’avec l’ouverture de la communication entre peuples et cultures. Mais, un seul facteur empêchait encore la ferme de grandir considérablement : la capacité de travail du fermier.

La révolution industrielle et agricole

La révolution industrielle a été l’un des moments les plus marquants de l’histoire de l’humanité. Les progrès depuis la révolution industrielle sont plusieurs fois plus rapides que ceux qui ont eu lieu depuis l’invention de la roue. En effet, la création du moteur à explosion a permis de mettre au point des tracteurs. Tout comme la meilleure maîtrise des règles de la chimie a ouvert la voie à la création d’engrais plus puissants. En somme, le fermier n’était plus limité par sa capacité à réaliser le travail par lui-même. Des récoltes qui pouvaient prendre des journées entières par le passé sont désormais menées à bien en quelques heures.

Il en va de même du secteur de l’élevage. On est désormais en mesure, avec les avancées vétérinaires, de prévenir de nombreuses maladies qui menaçaient le rendement du troupeau. Pour certaines espèces, des techniques de productions ont d’ailleurs été mises en place pour garantir une croissance rapide et une alimentation optimale des animaux.

En somme la ferme aujourd’hui s’apparente plus à une entreprise. Le fermier n’est parfois qu’un employé et non plus le propriétaire. Et le caractère polyvalent des fermes s’est depuis longtemps effacé pour faire place à des entreprises agricoles spécialisées dans la production de denrées spécifiques.

La ferme telle qu’elle existait il y a un siècle a presque entièrement disparu. Si ce n’est par la bonne volonté de quelques acteurs qui la réinventent pour la rendre viable au 21ème siècle, elle n’aurait du tout plus droit de citer dans les discussions autour de l’agriculture et de l’élevage.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*